Make your own free website on Tripod.com

II.—De la Rédemption.

Idée precise de la Rédemptlon.—Ses quatre qualités; elle a eté: 1°réelle; 2° libre; 3° surabondante; 4° universelle.

51.—Qu'est-ce que le mystère de la Rédemption?

Le mystère de la Rédemption est le mystère de Notre-Seigneur Jésus-Christ mort sur la croix pour racheter tous les hommes.

L'humanité déchue avait ce problème à résoudre: trouver entre le ciel et la terre un médiateur assez grand, une victime assez sainte pour expier le crime de la Terre et apaiser le ciel irrité. Le péché d'Adam, notre premier père, et tous les péchés qui avaient suivi, constituaient en quelque sorte une offense infinie, car l'étendue d'une offense se mesure sur la condition de la personne offensée et sur la bassesse de la personne qui commet l'offense. L'injure faite à Dieu par le péché de l'homme avait donée quelque chose d'infini. Or l'homme, simple créature bornée, finie et coupable, ne pouvait offrir à Dieu une réparation infinie, égale à l'offense. Notre-Seigneur Jésus-Christ est venu: il a pris notre nature, afin d'assumer la responsabilité de la race humaine. Égal en toutes choses à son Père, innocent, saint et infini comme lui, Dieu et homme tout ensemble, il s'est mis à notre place, il a satisfait pour nous; il a offert ses œuvres qui étaient d'un prix infini, sa prière, son travail, ses souffrances, sa mort; et dès lors la réparation étant absolument égale à l'offense et infinie comme elle, il nous a rachetés: c'est là ce qu'on nomme le mystère de la Rédemption

52.—Quelles sont les quatre qualités de la Rédemption?

La Rédemption offerte à Dieu pour nous, par Notre-Seigneur Jésus-Christ, eut ces quatre qualités ou conditions principales:

1° Elle a été réelle, c'est-à-dire que Jésus-Christ s'est réellement mis à notre place; il a véritablement souffert, et il a versé son sang. Dès lors il a Satisfait à Dieu d'une manière adéquate ou complète; et à cause des souffrances et des mérites infinis de son Fils Dieu nous a réellement pardonné. C'est ce que saint Paul exprime en disant: " Nous avons été réconciliés avec Dieu par la mort de son Fils, et nous serons sauvés par lui." (Rom., v, 9-11.)

2° Elle a été libre. Dieu n'était pas tenu, en justice, de nous racheter. C'est par un effet de sa pure bonté et de son immense charité que Notre-Seigneur est venu et s'est offert: d'où résulte pour nous le devoir d'une reconnaissance sans bornes.

3° Elle a été surabondante, en ce sens que les actions de Jésus-Christ étant d'une valeur infinie, il pouvait nous racheter par une prière, un acte quelconque de réparation, une goutte de son sang... Mais en nous consacrant sa vie, ses peines, tout son sang, et en souffrant tous ses tourments, il a fait plus que le nécessaire; en cela il a voulu mieux nous témoigner son amour et nous inspirer plus d'horreur pour le péché.

4° Enfin, elle a été universelle, c'est-à-dire que la mort de Jésus-Christ a été offerte pour tous les hommes en général et pour chacun de nous en particulier, aussi bien pour ceux qui ont précédé la réparation que pour ceux qui ont suivi, pour les chrétiens et aussi pour les juifs, les infidèles et les plus grands pécheurs. Pour participer à la Rédemption, il suffit de le vouloir et de puiser à la source des grâces, c'està-dire de recourir aux sacrements. Si des hommes ne sont point sauvés, ils ne peuvent s'en prendre qu'à eux-mêmes.

CONCLUSION PRATIQUE:

Le moyen de profiter de la Rédemption du Sauveur, c'est de nous unir à lui. " Je suis la vigne, dit-il, et vous êtes les branches. La branche ne peut pas par elle-même porter de fruits si elle n'est unie au cep. De même, vous ne pouvez rien faire pour votre salut si vous n'êtes unis à moi... Mais celui qui demeure en moi et en qui je demeure produira des fruits abondants. S'il n'y demeure pas, c'est un sarment inutile- il sera rejeté comme une branche stérile; il séchera, et on le ramassera pour le feu, où il brillera sans se consumer." (S. Jean, xv, 1 et suiv.)

Qu'est-ce a dire, sinon que dans la personne de Jésus-Christ l'homme a été et demeure parfaitement réhabilitée mais s'il ne participe pas personnellement cette réhabilitation, " le Christ ne lui servira de rien "; au contraire, il a part à la grâce de la Rédemption s'il est uni à Jésus-Christ par la foi et les bonnes œuvres, et principalement par la réception des sacrements.