Make your own free website on Tripod.com

III.—Caractères ou marques de l'Église.

Diverses Églises chrétiennes: 1° Église catholique; 2° Églises protestantes; 3° Églises schismatiques. — Notions des marques ou caractères de la vraie Église: 1° unité- 2° sainteté 3° catholicité 4° Apostolicité.—Application à l'Église catholique, qui les possède éminemment. —Elles manquent aux autres Églises.

71.-- Peut-il y avoir sur la terre plusieurs Églises vraies ?

Non, Notre-Seigneur Jésus-Christ n'a établi qu'une seule Église; il l'a faite dépositaire et gardienne de ses enseignements, de son autorité et de ses pouvoirs; Il a voulu qu'il n'y eût qu'un seul troupeau sous un seul pasteur. Conséquemment, il ne doit y avoir sur la terre qu'une seule Église vraie.

Cependant nous voyons plusieurs Églises chrétiennes, reconnaissant Jésus-Christ pour chef et son ÉvangIle pour loi, qui diffèrent entre elles de croyance et de culte et qui prétendent également à la vérité. Ces Églises se partagent en trois branches principales: 1° l'Église catholique; 2° les Églises protestantes; 3° les Eglises schismatiques, grecque ou russe.

L'Église catholique, que l'on appelle également Église romaine, parce qu'elle a pour Chef notre saint-père le Pape, dont le siège est à Rome, est la plus ancienne et la plus nombreuse: elle remonte aux Apôtres et à Jésus-Christ.

Les Églises protestantes ont commencé au XVie siècle; elles forment trois sectes principales: les luthériens, qui reconnaissent Luther pour leur chef et sont particulièrement répandus en Allemagne; les calvinistes, qui ont pour chef Calvin, et se trouvent surtout en Suisse et en France; les Anglicans, qui reconnaissent pour leurs fondateurs Henri VIII et Élisabeth; Ils occupent plus spécialement l'Angleterre, dont le roi ou la reine est en fait le chef religieux de l'anglicanisme.

Enfin, les Églises schismatiques datent du IXe siècle. Photius, patriarche de Constantinople, inaugura à cette époque le schisme grec, que Michel Cérulaire consomma au XIe. Il se retrouve encore dans l'Orient. Au XVe siècle, la Russie, obéissant au patriarche de Moscou, s'est séparée de Constantinople; et au commencement du XVIIIe, Pierre le Grand constitua définitivement l'Église russe, à la tête de laquelle il établit le Saint Synod, dont il nomma les membres. De ce fait, l'Église russe tomba plus ou moins sous la dépendance du pouvoir temporel.

Il est évident que Jésus-Christ n'ayant fondé qu'une seule Église, ces différentes sociétés ne peuvent être en même temps dans la vérité.

72. -- Quelles sont les marques où caractères de la véritable Église?

Si nous voulons les connaître, il nous faut recourir à l'Évangile, où nous retrouvons la volonté exacte de Jésus-Christ au sujet de l'Église qu'il a fondée.

Or nous y remarquons: 1° que Jésus-Christ n'a prêché qu'une seule religion, qu'il a envoyé ses Apôtres prêcher la même doctrine, et qu'il a voulu que tous les membres de son Église obéissent à un même pasteur. Par conséquent, son Église doit être une, et l'unité, qui sera sa première marque, doit comprendre l'unité de croyance, de sacrements et de gouvernement.

2° Jésus-Christ, en fondant son églises a voulu par elle sanctifier tous les hommes; Il lui a laissé, pour cela, une doctrine sainte et sanctifiante et des moyens de sanctification qui ne doivent pas rester stérIles, mais se manifester par des ceuvres saintes.—En conséquenee, son Église doit être sainte, et la sainteté, qui sera sa seconde marque, ne doit pas être seulement intérieure, mais extérieure et réelle; Il ne lui suffira pas d'avoir une doctrine et des sacrements capables de sanctifier les fidèles, mais elle devra montrer des saints héroïques dans leurs vertus, accomplissant des miracles et produisant des fruits de conversion et de charité.

3° Jésus-Christ a voulu que sa religion fut portée à tous les peuples, jusqu'aux extrémités de la terre, et qlle ses Apôtres fissent en sorte de l'annoncer à toute créature. Par conséquent, son Église doit s'étendre à tous les pays et à tous les temps; elle devra donc être universelle ou catholique, et cette catholicité, qui est la troisième marque de son Église, devra être tout à la fois la catholicité de l'espace et du nombre.

4° Enfin, ce sont les Apôtres que Notre-Seigneur a choisis pour étre d'abord ses disciples, puis les propagateurs de sa doctrine. En conséquence, la véritable Église doit étre apostolique, et cette apostolicité, quatrième marque de vérité, renferme deux choses: l apostolicité de ministère, c'est-à-dire que les pasteurs, pour étre légitimes, doivent remonter aux Apôtres par une succession non interrompue; et l'apostolicité de doctrine, c'est-à-dire que la véritable Église ne doit pas avoir altéré la doctrine des Apôtres.

D'où nous concluons qu'il y a quatre caractères ou marques de la véritable Église: l'unité, la sainteté, la catholicité, et l'apostolicité.

73.—L'Église catholique romaine possède-t-elle les quatre marques de la vérité ?

Oui~ elle les possède admirablement et exclusivement à toute autre société chrétienne. En effet:

1° L'Église catholique est une. Elle a l'unité de doctrine; tous les fidèles qui la composent croient les mêmes vérités et admettent le même Symbole; l'unité des sacrements, car on n'est pas catholique si on ne les admet pas tous les sept;—l'unité de chef, car c'est aussi une condition, pour être catholique, de reconnaître le Pontife romain comme suprême autorité.

2° Elle est sainte. Elle possède une doctrine sainte sanctifiante, l'Évangile dans toute son intégrité;— des moyens de sanctification vraiment efficaces, les sacrements;—et la sainteté île l'Église catholique se manifeste par des signes extérieurs: les œuvres de la charité, les fruits de conversion parmi les infidèles, et la présence dans sa société de saints qui méritent d'être inscrits au nombre des élus que l'on invoque, et qui ont par conséquent pratiqué des vertus héroïques et opéré des miracles.

3° L'Église Catholique est vraiment catholique ou universelle. En effet, elle est répandue dans toutes les parties du monde; elle compte des membres sur tous les continents et dans les îles lointaines, là où les autres sociétés n'ont point pénétré. Non seulement elle occupe l'espace le plus étendu, mais elle a aussi la supériorité du nombre; ses membres atteignent aujourd'hui un chiffre plus élevé que n'en comptent ensemble toutes les sectes hérétiques.

4° Enfin l'Église catholique est vraiment apostolique: car elle a conservé., avec le Symbole des Apôtres, toute leur doctrine et tout leur enseignement; elle est apostolique aussi par son ministère ou son gouvernement. En effet, d'une part, sur le siège de Rome s'est conservées sans aucune interruption la légitime succession des Papes; et d'autre part, il n'est pas un siège épiscopal aujourd'hui existant, qui, s'il ne remonte aux apôtres eux-mêmes, n'ait été établi par un de leurs successeurs légitimes et ne soit en communion avec le Pontife romain.

Il faut donc conclure que l'Église catholique possède toutes les marques de la vérité, et que par conséquent elle est la véritable Église de Jésus-Christ.

74. - Pourquoi les autres Églises ne sont-elles point véritables?

Parce que ni l'une ni l'autre ne possède toutes les marques de la vérité:

1° Elles n'ont point l'unité. Nous voyons en effet, qu'elles ont toutes plus ou moins altéré la doctrine; n'ayant plus les mêmes croyances ni les mêmes sacrements, elles n'ont pas davantage un meme chef visibles mais elles obéissent à au moins autant de chefs particuliers qu'il y a de sectes dissidentes.

2° Elles n'ont pas la sainteté. Si elles ont conservé quelques chose de la morale chrétienne et quelques moyens de sanctification, elles manquent totalement de la sainteté extérieure se manifestant par le miracle, l'héroïsme de la vertu, les fruits de conversion parmi les infidèles: elles n'ont pas de saints, au sens rigoureux de ce mot.

3° Elles n'ont pas la catholicité: elles restent généralement circonscrites dans le pays qui a été leur berceau. Quant au nombre de leurs membres, Il est bien inférieur à celui des catholiques.

4° Enfin, elles n'ont pas l'apostolicité. En effet, elles ont commencé par rejeter la doctrine des Apôtres ou par l'altérer, et leurs pasteurs, loin d'être les successeurs légitimes des Apotres, ou bien se sont donné à eux-mêmes leur mission, ou bien ont été retranchés de cette succession légitime par l'autorité régulièrement établie.

Les sectes protestantes ou schismatiques ne peuvent donc prétendre qu'elles sont l'Église vraie de Jesus-Christ.

CONCLUSION PRATIQUE

Enfants de l'Église catholique nous devons remercier Dieu de nous avoir fait naître dans la vérité, et nous attacher fermement à la sainte Église romaine mère et maitresse de toutes les Églises particulières qui lui sont unies.

Plaignons nos frères séparés, qui peuvent être de bonne foi dans l'erreur; et, dans la mesure de nos forces, par la persuasion, la charité et le bon exemple, travaillons à les ramener dans la vérité sous la houlette du seul et unique Pasteur, successeur de saint Pierre et de Notre-Seigneur Jesus-Christ.

C'est dans cette pensée d'union dans la foi et dans la charité, que le Souverain Pontife Léon XIII a multiplie ses appels aux églises d'Orient et d'Angleterre, s'efforce de renouer avec la Russie des rapports diplomatiques, et convie tous les chrétiens A une prière commune. " Là où est Pierre, là est l'Église, " a dit saint Ambroise.