Make your own free website on Tripod.com

LEÇON PRÉLIMINAIRE

DU SYMBOLE

Divers Symboles: 1° des Apôtres: 2° de Nicée; 3° de saint Athanase. Devoirs du chrétten à l'égard du Symbole.

7.—Qu'appelle-t-on Symbole en général, et combien de Principaux Symboles y a-t-il dans l'Église?

Le mot symbole (du grec) signifie marque, signe, et encore étendard. On donne ce nom à la profession de foi des chrétiens, à la formule qui résume leurs croyances, parce qu'elle est une marque ou un signe qui sert à les distinguer des infidèles. Le Symbole est aussi en quelque sorte leur étendard, leur signe de ralliement quand leur foi est attaquée et qu'ils se groupent pour la défendre, comme des soldats autour de leur drapeau.

On connaît dans 1'Église catholique trois principaux Symboles. Le 1er et le plus ancien est le Symbole des Apôtres. C'est une profession de foi qui nous vient des Apôtres et qui contient en douze articles des principales vérités de la religion chrétienne.

Ce symbole est bien l'œuvre des Apôtres, qui en enseignèrent la doctrine dans leur ministère auprès des peuples comme un résumé court, et, cependant substantiel et complet, de la doctrine de Jésus-Christ. Le Symbole des Apôtres a reçu, du premier mot par lequel il commence en latin, le nom populaire de Credo.

Le 2e Symbole est celui de Nicée, que l'on chante à la messe. Il fut composé dans le concile tenu à Nicée, en 323. contre Arius et ses sectateurs, qui attaquaient la divinité de Jésus-Christ. Les évêques assemblés y développèrent le Symbole des Apôtres, en ce qui concerne ce dogme si important.—Dans le même siècle, un autre hérétique, Macédonius, osa contester la divinité du Saint-Esprit, niant qu'il fût coéternel et consubstantiel au Père et au Fils. Un concile général, tenu à Constantinople en 381, sanctionna le dogme catholique, et ajoûta au Symbole de Nicée la phrase dans laquelle on énonce que le Saint-Esprit procède du Père et doit être adoré conjointement avee le Père et le Fils.

Le 3e Symbole porte le nom de saint Athanase, parce qu'on l'attribue à ce docteur, évêque d'Alexandrie au IVe siècle. Ce symbole développe les précédents en ce qui concerne les dogmes de la Trinité et de l'Incarnation de Notre-Seigneur. Saint Athanase avait combattu avec tant de zèle et de force les erreurs d'Arius à l'encontre de ces vérités, que l'on donna son nom à cette belle formule, admirable de clarté et de précision, dont il n'est pas certain cependant qu'il soit l'auteur. Les prêtres récitent le Symbole de saint Athanase le dimanche, dans l'office du bréviaire.

8.—Quels sont les devoirs des chrétiens à l'égard du Symbole?

1° Ils doivent au moins savoir par cœur le Symbole des Apôtres, et le réciter fréquemment, autant que possible chaque jour, dans les prières du matin et du soir, afinde s'en nourrir l'esprit et le cœur.

2° En récitant le symbole, il faut croire intérieurerment chacun des artieles qu'il renferme.

3° Quand les circonstances l'exigent, lorsque, par exemple, on est mis en demeure de confesser sa foi ou d'accomplir un devoir de Chrétien, il faut professer extérieurement les vérités du symbole, et être prêt, comme les martyrs, à mourir plutôt que (d'en rejeter un seul article.

CONCLUSION PRATIQUE

Durant les trois premiers siècles du christianisme onze millions de martyrs, hommes, femmes, enfants, vieillards, ont mieux aimé sacrifier leur vie dans les plus affreux suppliécs que de renoncer à leur Symbole. De nos jours on voit dans les pays infidèles des chrétiens nouvellement convertis montrer le même courage. Ainsi dans l'Ouganda au centre de l'Afrique équatoriale périrent pour la Foi en 1886 dans d'atroces tourments, cent cinquante chrétiens récemment baptisés par les Peres blancs. Si nous n'avons pas nous à verser notre sang pour la foi et si nous ne rencontrons pas les menaces des persécuteurs, nous avons cependant à lutter et à combattre contre le respect humain et contre la lâcheté qui sous nos yeux font tant de victimes. Sachons du moins nous encourager par le souvenir et l'exemple de nos péres et de nos frères dans la foi à soutenir bravement les combats de la vertu et du devoir.